En savoir plus sur la broderie

Les métiers d’Art sont l’héritage d’un savoir-faire précieusement élaboré et perpétué au fil des siècles. Les métiers d’art lient la passion de l’artisan à la matière qu’il souhaite travailler ; terre, verre, bois, cuir, pierres… Ces ressources que l’on trouve à l’état brut sont façonnées, domptées, modelées pour aboutir à la vision créative de ces hommes et ces femmes dévolus aux métiers d’art.

A travers l’histoire ces artisans ont constamment fait évoluer leur métier. Que ce soit à la suite d’innovations techniques, ou artistiques, de nouvelles opportunités et la disponibilité des matériaux, ils accomplissent les ouvrages qui sont profondément ancrés dans l’ère de leur temps. Aujourd’hui, nous possédons un capital immense de savoir, qu’il faut savoir conserver et faire vivre pour perpétrer notre patrimoine.

La broderie est un art difficile et exigeant, qui requiert une technique certaine, mais aussi beaucoup de dextérité, de patience, de minutie et de créativité.

Broder, c’est enrichir

Les brodeuses manipulent des éléments fragiles et délicats, souvent de très petite taille, que l’on assemble avec rigueur et précision selon un modèle préparé en amont. Malgré la difficulté de l’apprentissage, les élèves obtiennent beaucoup de satisfaction devant les résultats et leur progrès, car c’est un art qui allie l’épanouissement artistique au travail bien accompli.

Facebook de l’Ecole de Broderie D’Art de Lunéville

La section Broderie du lycée

Une discipline rare et précieuse

Actuellement, en France, très peu de lycées préparent des élèves au CAP Arts de la Broderie. Il existe en tout cinq établissements qui proposent cette formation situés à Paris, Rochefort, Sartrouville et Lyon, sans oublier Lunéville, berceau des techniques de la Broderie perlée de Lunéville.

La Broderie à Lunéville

La broderie est une spécialité lunévilloise ancienne. Lunéville se devait donc d’accueillir une formation en Arts de la broderie, comme par le passé.

Il existait en effet au début du siècle, grande époque de la broderie perlée et pailletée à Lunéville, une École municipale de Broderie qui a formé plusieurs générations de lunévilleuses. Cette école, située rue de Viller au Collège de Jeunes Filles (actuelle Maison des Sports) et qui dispensait des cours du soir, a fonctionné quelques années seulement.

Elle a été remplacée en 1947 par l’ouverture d’une section Broderie, au « Centre Féminin » rue de la Tour Blanche (ancêtre du Lycée Paul Lapie), sur demande de la Fédération des Brodeurs. Quelques heures de broderie étaient alors dispensées à des jeunes filles de 13 ou 14 ans, qui se destinaient au métier de brodeuse. Cette section Broderie, créée en 1947, a disparu vers 1960.

La section Broderie du Lycée Paul Lapie a été ouverte en 1982, quelques années après la création du Lycée d’Enseignement Professionnel rue du docteur Paul Kahn.

Aujourd’hui, nous proposons deux filières pour aborder la Broderie au lycée.

Le CAP Broderie prépare en un an l’élève aux techniques de la broderie. Ces cours sont ouverts aux adultes comme aux plus jeunes, et ne requièrent pas de savoir broder avant de venir. Les élèves ne suivent pas l’enseignement général comme c’est le cas pour les autres sections du lycée. Enfin, elles s’orientent vers une carrière d’exécutrices, en maîtrisant les techniques de broderie, la préparation du matériel et du motif.

Le BMA Broderie suit les mêmes enseignements de broderie que le CAP. Il se prépare en deux ans, et comporte un enseignement général. Les brodeuses issues de BMA ont toutes les clefs pour ouvrir leur propre atelier après l’obtention du diplôme. Durant leur formation, on leur apprend à déterminer le temps et le coût de leur production, ainsi que de la comptabilité et la gestion d’entreprise.

 

Répartition de l’horaire hebdomadaire – bma

  • Enseignement général : de 15 à 17h hebdomadaires
  • Enseignement Technologique et Professionnel : 15h hebdomadaires
  • Alternance de 12 semaines en entreprise sur les deux ans de formation
Le nécessaire à Broder

L’art de la broderie nécessite des qualités artistiques certaines, mais la réalisation s’effectue avec une technique maîtrisée et un matériel très spécifique.
Pour aider la brodeuse à achever son ouvrage, plusieurs outils, matériaux sont mis à sa disposition.

Principaux matériaux :

La perle, la cuvette, la paillette, le tube

Technique de point de broderie :

Le point de chaînette, ou point de Beauvais, est à la base de tous les points.

Les Outils :

  • Le métier à broder (en hêtre)

Le métier à broder se compose de 2 barres en bois avec des mortaises à chaque extrémité. Placées horizontalement elles sont garnies d’une bande de forte toile sur laquelle on bâtit l’étoffe à broder. Les barres se rapprochent ou s’éloignent à volonté grâce aux mortaises dans lesquelles on place « les lattes » plates, étroites, longues et perforées pour tendre le support. Une fois la tension terminée on fixe les lattes à l’aide de chevilles métalliques que l’on nomme les clous ou pontes. Les barres sont posées sur des tréteaux de bois. La tension du support est encore augmentée par les « tire-bords » (morceaux de tissu). Ils se placent sur le tissu monté à broder à l’aide d’épingles ; ensuite l’autre extrémité est fixée autour des lattes en tendant fortement.

  • Le crochet

Pour réaliser le point dit de « Lunéville », la brodeuse utilise un crochet : tige de métal pointue et recourbée, vissée dans un petit manche de bois ou d’ivoire. Il est court et fin, plus ou moins lourd. Les pointes sont de différentes grosseurs selon qu’elles servent à broder fil, laine, soie ou métal.

  • Les ciseaux à broder

De part les exigences de l’ouvrage à accomplir, les ciseaux à broder sont spécialement adaptés. D’une taille réduite – rarement plus de dix centimètres, la lame mesure généralement 3,5cm. La pointe est effilée et peut être courbe. Les ciseaux de brodeuse ont souvent un habillage original, représentant des cigognes, coq, ou des formes plus esthétiques en hommage à l’usage qu’il en est fait.

  • Le cercle à broder (ou tambour)

Les motifs de la broderie peuvent être d’une taille réduite, pour la réalisation de broches par exemple. Afin de maintenir la toile à broder bien tendue et faciliter la manipulation de l’ouvrage, la brodeuse utilise le cercle à broder. De taille variable, de quelques centimètres à la vingtaine, il est de forme circulaire, traditionnellement en bois, et d’un système à vis permettant de bien fixer le tissu.

  • Le pâté

Pour avoir à portée de main tout son nécessaire, la brodeuse utilise un pâté, c’est à dire une pièce de tissu rembourrée et rigide. Elle peut y disposer ses fournitures et son petit matériel, et le déplacer aisément; le métier à broder est retourné de nombreuses fois pendant l’ouvrage.

Les Lunévilleuses

L’histoire de la Broderie à Lunéville, à travers les siècles…  extrait de Les brodeuses-lunévilleuses, de Gilbert MERCIER

La Broderie est une activité ancienne en Lorraine, liée à la cour des ducs de Lorraine… Elle connaît cependant un développement considérable à partir du XIXe siècle, sous l’impulsion de l’Impératrice Joséphine qui lance la mode des « colifichets féminins ». La dentelle au point de Lunéville connaît alors un très grand succès et la réputation des brodeuses de Lunéville dépasse largement les frontières de notre région.

La broderie à la main, sur tulle percale ou mousseline, devient alors l’activité dominante de la Lorraine : c’est un travail presque exclusivement féminin et très pénible pour les ouvrières à domicile (12 à 14 heures de travail par jour). Mais peu rentable, cette activité artisanale subit de plus en plus la concurrence des ateliers mécaniques et son avenir semble compromis.

Vers 1865, Louis FERRY, patron de la Maison Ferry-Bonnechaux, imagine de relancer la broderie à la main, en relation avec la naissance de la haute couture. Pour ce faire, il révolutionne la technique de la broderie en inventant la broderie perlée de Lunéville. Cette technique consiste à enfiler des perles sur un fil qu’on fixe ensuite sur le tulle, au moyen d’un point de chaînette. Ce procédé très rapide a la particularité d’utiliser un crochet et de travailler sur l’envers du tissu.

Très vite, la technique des lunévilleuses connaît un grand succès. À partir de 1880, la production triple à Lunéville. L’Art Nouveau et ses motifs floraux, puis la mode des Années Folles inspirent la broderie perlée et lui assurent un succès incomparable et une renommée mondiale. La bourgeoisie adopte les robes rehaussées de paillettes, de perles, de franges… Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’arrondissement de Lunéville compte 24 000 lunévilleuses.

Mais la crise de 1929 puis la Seconde Guerre mondiale amorcent le déclin inéluctable de la broderie perlée. La broderie passe de mode… Jusque dans les années 60, on compte 2 500 lunévilleuses dans un rayon de 100 km autour de Lunéville. Au début des années 90, elles ne sont plus que 200 brodeuses-perleuses dans toute la Lorraine, réparties dans les entreprises des derniers fabricants-brodeurs, à Baccarat, Lunéville, Charmes, Diarville et Nancy.

Lunéville est restée le centre de la broderie perlée en Lorraine, avec la célèbre Maison BACUS (créée en 1908), première entreprise de broderie en Lorraine. Aujourd’hui tournée essentiellement vers l’exportation, elle a diversifié ses activités et elle s’est modernisée : des machines côtoient les métiers à broder. Elle poursuit cependant sa collaboration avec les grands couturiers, le théâtre, la télévision, les grands cabarets parisiens, le cirque… et c’est la Maison BACUS qui a réalisé certains costumes pour la société Disney-Paris.

D’après Les brodeuses-lunévilleuses, Gilbert MERCIER, 1992, Éditions de l’Est

Travaux de broderie

Les brodeuses de Paul Lapie travaillent sur de nombreux projets, avec des partenaires extérieurs.
L’enseignement des arts appliqués est très important, c’est la première étape de la réalisation d’une pièce. Les élèves, à partir d’un thème donné ou commandité, font plusieurs esquisses de l’allure générale, des motifs ou des détails de leur projet. La réalisation se fait dans les ateliers, généralement par la confections de pièces qui seront plus tard assemblées, ou d’un tenant.
Quelques images de réalisations d’élèves des sections broderie du lycée :

Arts Appliqués : Travaux préliminaires

Broderie : Réalisations d’élèves

En savoir plus sur la formation

Téléchargez la plaquette :